Ce site utilise ses propres cookies pour améliorer votre navigation et des cookies de tiers pour vous envoyer des messages promotionnels correspondant à vos préférences. Pour obtenir de plus amples informations et modifier l’état des cookies, cliquer ici. Si vous cliquez sur la touche « OK » ou si vous poursuivez la navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Santoni a collaboré avec Bruno Aveillan, artiste graphiste multimédias français primé, pour la réalisation d’un court métrage et d’une série de photos sur la dextérité manuelle, la passion, le prolongement des délais d’exécution et le savoir-faire artisanal. La culture artisanale s’exprime par une narration elliptique de la maîtrise des gestes. Le processus de fabrication d’une chaussure cousue main constitue le thème de l’histoire, toujours le même et toujours différent, la répétition du geste constituant la clé de l’unicité de l’objet.

Le regard est à la fois poétique et analytique, plein d’émotions, d’empathie et de sentiments forts, car c’est toujours le cœur qui ouvre la communication avec l’esprit. Aveillan pénètre à pas feutrés les ateliers Santoni, où des créations uniques prennent vie par le biais de méthodes transmises d’une main à l’autre et d’innovations ancrées dans la tradition.

Vision

Vision

Bruno Aveillan a une touche personnelle mais impalpable. Il travaille en soft-focus et lumières voilées qui éliminent le superflu. Pourtant, il travaille en profondeur, en révélant l'essence authentique d'un art que Santoni, avec obstination, maintient vivant à l'époque de la machine souveraine. Voilà la culture du « faire » : le savoir-faire en tant que vision des choses, leur qualité incontournable, signe d'individualité de celui qui crée, pour celui qui utilise.

Sensation

Sensation

Il évolue avec légèreté, quasiment sans être vue, comme un voyeur lyrique. L’atmosphère est suspendue : les images ont un côté pictural, atemporel. Avec naturel, Aveillan choisit en silence ses protagonistes : les mains des artisans, les instruments qu'ils utilisent. Il isole tout dans une dimension à la fois abstraite et pragmatique. L’observation n’est pas simple contemplation : elle suit le cours des gestes tendres qui donnent vie aux chaussures. Mais ce n’est pas sur le produit qu’Aveillan s’arrête, mais plutôt sur le procédé, sur la ritualité et sur la précision émotionnelle qui en définissent l'ADN.